Peuples autochtones Paiter Suruí

«Paiter», qui signifie dans notre langue: «LES VRAIS GENS, NOUS MÊMES» ont été contactés en 1969 dans le cadre d'une expédition FUNAI, dirigée par le sertanista Francisco Meirelles. Le nom "Suruí" Il nous a été donné par des anthropologues.

 

Nous avons pris contact avec Funai pour la nécessité d'une trêve dans les conflits, à ce moment-là, ils subissaient la pression de la migration. Selon certaines personnes âgées, ils étaient fatigués de tant de guerres, soit contre d'autres groupes autochtones, soit pour la défense de leur territoire. Donc aussi avec la nécessité d'obtenir les machettes, haches et couteaux proposés par les sertanistas. Aujourd'hui, nous sommes environ 1 800 Suruí vivant dans les 27 villages situés dans la Terre indigène, ces villages entretiennent des relations étroites les uns avec les autres, déterminées par des liens de parenté et de mariage. Nous vivons sur un territoire de 249 000 hectares (terres indigènes Sete de Setembro) qui est à environ 50 à 60 km de BR 364. La zone est en partie à Rondônia et en partie dans le Mato-Grosso, a été approuvée le 17 octobre 1983. Nous parlons la langue du groupe Tupi et de la famille Mondé et l'utilisation courante de la langue, le maintien du concept architectural traditionnel et la production d'objets culturels démontrent la force de la culture Paiter Suruí. Cependant, la proximité des zones de colonisation et des centres urbains a contribué à la détérioration d'aspects importants de la culture tels que la proximité des mythes, le maintien de la religiosité et l'intimité avec les éléments de la nature. La société Paiter Suruí est composée de groupes patrilinéaires: Gameb, Gabgir, Makor et Kaban. Chacun des villages Suruí est une unité autonome, dans laquelle le pouvoir politique est exercé par un chef (labiway).

1/27

"Nous aimons la forêt et la forêt nous aime"

Paiter Surui

Des nouvelles du peuple Paiter:

Des nouvelles du peuple Paiter: